Rechercher
  • istafrancophone

Contemplation de la Mort - par Bruce Lyon

Mis à jour : 10 sept. 2019

"Comment mourir comme j'ai vécu - un peu imprudemment, plein d'aventures et d'explorations, valorisant l'amour et l'intimité, créant des temples du temps et de l'espace dans lesquels l'âme humaine s'épanouira? "

C’est mon cinquième jour à l’hôpital, car ils continuent de faire des tests peu concluants et mon état de santé se dégrade. Je lutte avec tout les problèmes habituels en cas de problème de santé: 

devrais-je suivre des cours de médecine chinoise, prier, faire du travail chamanique, prendre des suppléments sur les conseils d’autres personnes, subir d’autres tests médicaux et éventuellement subir une intervention chirurgicale? 

Mais est-ce déjà trop tard? La possibilité d’un cancer se profile bien que les médecins fassent attention à ne pas le penser encore car dès qu’ils le pensent, ils doivent maintenant dire ce qu’ils pensent. Et ce serait une forme difficile de pronostic du cancer - canal biliaire et foie. 

Et bien sûr, consulter le médecin google est s'ouvrir à toutes les possibilités. 


Je ne pense pas que c'est ce qui se passe réellement, mais en tant qu'expérience de pensée, j'ai décidé de considérer sérieusement ma propre mort immanente comme une méditation sur la façon dont je vivrais le reste de ma vie. Je me suis demandé parfois comment ma génération de baby-boomers ferait face à sa mort. Plus précisément, comment je voudrais aborder ma mort et l’intégrer à mon expérience, en accord avec le sens et but de cette incarnation. Comment mourir comme j'ai vécu - un peu imprudemment, plein d'aventures et d'explorations, valorisant l'amour et l'intimité, créant des temples du temps et de l'espace dans lesquels l'âme humaine s'épanouira?


J'ai vu des amis et d'autres enseignants parcourir ce transit et observer différentes approches. D'un côté, le combattant optimiste. La mort et la maladie sont considérées comme un signe que quelque chose ne va pas et l'esprit humain peut le vaincre grâce au pouvoir de la prière, aux changements regardant la santé, à la concentration sur notre but dans la vie, à la positivité et à notre divinité fondamentale. Le revers de la médaille semble être une sorte de désillusion souvent accompagnée d’un retrait de l’œil du public, comme si, en tombant malades et en mourant, ils avaient en quelque sorte manqué à leur message et à leur promesse de vie et de bonheur éternels. La mort elle-même devient le foyer et cela me rappelle le tantra et le sexe. Le tantra n’est pas le sexe mais le tantra n’est pas "pas le sexe". Mourir n’est pas la mort, mais mourir n’est pas "pas la mort". Mourir est un processus et une pratique. La mort est simplement l'orgasme. Voici donc mon premier aperçu de cette méditation.


1. Si je meurs, je ne veux pas passer mon temps à me concentrer sur la mort - l'éviter, la combattre, en avoir honte ou essayer de mettre les autres à l'aise face à elle. Je veux mourir pour faire partie de la vie. Je ne veux pas non plus prêter trop d'attention à la raison pour laquelle je meurs ou à la cause de ma mort. Tout meurt. Les gens peuvent vivre des expériences horribles à la naissance comme à la mort et quand même vivre des vies extraordinaires. Je veux vivre ma mort aussi pleinement que possible tout en maîtrisant mon énergie.


J'ai toujours vécu ma vie indépendamment des autres et pourtant, sachant que ma vie fait également partie du grand réseau Web et qu'elle peut être une contribution à ce réseau ou une ponctuation sur celle-ci, selon que je vis de manière authentique et fidèle à ma vibration fondamentale .

L'un des aspects les plus riches de la vie a été l'expérience de cette vie comme contribution à autrui - par le biais de la transmission, de l'inspiration, de l'éducation ou pratiquement sous la forme de temps, d'argent et d'énergie.

Pourquoi ma mort serait-elle différente si cela fait réellement partie de ma vie? Oui, j'aimerais passer du temps avec ma famille, mais je ne voudrais pas retourner dans ma famille. Et je ne voudrais certainement pas faire l'expérience de la communauté d'une maison de retraite ou d'un hospice en grande partie dictée par les réalités géographiques et économiques. Ma vie a été consacrée à rechercher et à célébrer la tribu de l'âme dans le monde entier, en l'aidant à se rassembler et à générer des façons puissantes et délicieuses d'être ensemble et de co-créer de l'amour et de la liberté. Pourquoi devrais-je arrêter de faire ça? Donc, mon deuxième aperçu.


2. J'aimerais que ma mort fasse partie de la contribution de ma vie au monde et aux autres. Je voudrais m'ouvrir à la fois à recevoir l'amour des autres pendant le processus et aussi les inviter à apprendre de et par mon expérience. J'organiserai des ateliers et des satsangs où j'inviterai d'autres personnes à venir partager la vie de ma mort et à affronter la leur. Je sais que mes rencontres avec la mort et avec ceux qui sont en train de mourir ont été parmi les plus belles et les plus riches de ma vie. Je voudrais que les autres partagent cela.


Une des parties centrales de mon enseignement concerne la réalisation. Mon propre cheminement a été de rechercher la conscience avant tout au détriment de la sagesse et de la santé du corps. Mon mode de vie, mon régime alimentaire et mes choix d’activité physique au cours de la première moitié de ma vie ont eu des conséquences. Dans la quarantaine, j’ai commencé le voyage de la descente: ramener une conscience éveillée en pleine incarnation. Faire attention au corps - se tourner vers lui avec amour et compassion et exprimer notre divinité à travers et en tant que telle - c'est différent que de s'identifier toujours comme étant principalement le corps.


De nombreux modes de réalisation se concentrent presque exclusivement sur la santé, la vitalité, la sexualité, l'alimentation, etc., afin qu'un corps sain et dynamique devienne le symbole du succès sur le chemin. Dans les cas extrêmes, cette approche peut consister en un refus de la mort et de la maladie. Je veux accepter pleinement la vulnérabilité et les limitations inhérentes à l’incarnation, tout en les transcendant, en s'ouvrant à une nouvelle croissance et à des possibilités infinies. Ma troisième idée concerne l'acceptation totale du corps dans la maladie et la santé. L’engagement de mon âme à aimer et à rester avec cet animal divin malgré tout ce qu’il vit.


3. Je voudrais faire plus de place dans mon monde et dans le monde pour la réalité de la fragilité et de la vulnérabilité de l'incarnation. Je voudrais intégrer et me placer derrière la dualité santé / bien-être vs maladie. Je veux lever davantage le voile et sortir les processus de mort et de disparition en dehors des murs des hôpitaux et des hospices.

Je veux vivre sans honte de la condition de mon corps tout en acceptant la responsabilité de la manière dont mon comportement et ma conscience influencent cette condition.

Je ne veux pas arrêter de parler et d’enseigner ma vie pleinement parce que mon corps montre des signes de décomposition et d’approche de la mort. Je voudrais donner des séminaires en ligne pendant que je suis sous perfusion. Je voudrais faire l'amour le jour de ma mort. J'aime ce que David Bowie et Leonard Cohen ont commencé à faire avec leur vieillissement et leur fragilité dans le cadre de leur art et de leur cadeau au monde.


Je veux aussi m'attaquer à une autre dualité que Freud a évoquée à propos des instincts. Eros et Thanatos. L'envie de générer de la force de vie et de la libido contrairement à l'envie de mourir et de destruction. La libération de notre Eros a été une partie importante de ce que fait le mouvement tantrique mondial - la libération de la peur et de la honte liées à notre force de vie et à notre sexualité. La libération de notre Thanatos est peut-être un peu plus difficile, tout comme la dépression est plus difficile à vivre que le bonheur, mais la récompense de sortir de la dualité et d'intégrer le pôle refoulé est grande. Réprimer notre Eros signifie simplement qu’il nous contrôle dans l’ombre et de même avec nos Thanatos. Une partie de la libération de l'envie de mort est d'admettre et de parler librement de la partie de notre âme qui veut mourir, qui voit le processus d'incarnation comme une peine de prison dans un pavillon psychiatrique où tout le monde souffre et personne ne le dit.

La vérité en statistique est que nous sommes plus susceptibles de nous suicider que d’être victimes d’un attentat terroriste, de la guerre ou d’autres. Et il y a beaucoup de façons de se tuer sans que ce soit évident. La maladie, les accidents et le fait d’être une victime ne sont que quelques-uns d’entre eux qui peuvent avoir des Thanatos inconscients. Oui, parfois les emmerdes surviennent mais il arrive aussi que nous voulions qu'elles surviennent. Regardez les élections américaines!


Je souhaite donc libérer et intégrer chacune de ces impulsions. Quand je contemple la mort, je peux sentir la partie de moi qui serait soulagée. La partie sensible de mon âme qui a eu du mal à accepter ce qui passe dans la normalité dans ce monde. J'ai également côtoyé de nombreuses personnes qui se sont suicidées et je ne prétend pas à la sagesse conventionnelle qui découle de la peur de nos Thanatos - d'être des lâches - incapable de faire face à leur vie - ou égoïste, inconsidérée de l'impact de leurs décision sur les autres, ou auto absorbé dans leur propre souffrance et ainsi de suite. Oui, ce sont souvent des facteurs, mais j'ai aussi connu des êtres attentionnés, aimants et sages qui ont choisi ce chemin depuis leur centre et avec compassion pour tous. Si j'ai le cancer, ainsi que tous les autres facteurs environnementaux, j'aimerais examiner si une voix en moi voulait se faire entendre et était si désespérée qu'elle ne pouvait que trouver cette façon de s'exprimer. Donc, ma quatrième idée traite de ceci:


4. Non seulement je veux vivre ma mort, mais je veux me sentir libre, quand l'humeur le permet, de célébrer ma mort. Cela inclut la célébration d'une maladie qui me donnerait un délai court mais important pour mettre de l'ordre dans mes responsabilités pour les projets que j'ai initiés dans ce monde; honorer les relations qui me tiennent à cœur, transmettre ma sagesse, ma richesse et mes biens d'une manière qui honore et respecte la vie que j'ai vécue. J'aime profondément cette terre et l'incarnation est une randonnée sauvage et magnifique. Je reviendrai, mais je veux être libre d’être dans la joie et l’anticipation de ce voyage. Cela rend également chaque jour et chaque connexion, pendant que je suis encore ici, beaucoup plus douce. Après tout, nous sommes tous en train de mourir, peu importe ce que l’on en pense. Certains d’entre nous auront juste plus l’occasions de le faire consciemment.

Je ne fais pas que tricoter et me être morbide avec indulgence sur mon lit. Chaque jour, je fais le travail difficile d’écouter profondément mon corps, en le soutenant pour le libérer et ouvrir tous les blocages énergétiques afin qu’ils montent à travers mes émotions dans la conscience. J’accepte humblement de l’aide tout en gardant ma propre sagesse et le droit de faire des choix pour moi-même. Je fais tout ce que je peux pour guérir.

Je reçois beaucoup de messages de «bon rétablissement» mais j'aimerais aussi une carte qui dit: «Profite de ta maladie et de la mort possible".

Une partie de mon processus consiste à accepter pleinement ce qui est et ce qui pourrait être. Je sais que mon expérience de pensée avec la possibilité d’un tel diagnostic est, pour beaucoup de gens, une réalité qu’ils doivent vivre au quotidien et que les défis peuvent être très différents de ceux que j’envisage. Je vous contacte dans l’amour, la compassion et la célébration de votre chemin. Je suis heureux d’avoir pris part à un tel voyage et d’avoir trouvé le moyen de l’accepter, si ce n’était pas le mien. Ce n’est pas: «si Dieu le veut bien, je pars» , mais «sans me séparer de la grâce de Dieu et la compassion de la Déesse, nous y allons tous »



Bruce Lyon

www.brucelyon.com

12 vues
newsletter-icon-0.png
ContactEZ nous

Nom *

E-mail *

Sujet

Message

©ISTA tous droits réservés - site fait par ©SebDaka